Une nouvelle année universitaire a été entamée et pour bon nombre
d’étudiant.e.s elle signe une nouvelle année de difficultés. S’il est désormais
courant d’entendre que nous sommes tou.te.s en crise, les conséquences ne
sont pas vécues de la même manière partout. Le contexte économique
actuel engendre une asphyxie financière au sein de la population étudiante
qui est désormais banalisée. Elle entraîne une réelle souffrance physique et
mentale chez les personnes qui en subissent les conséquences. Pis, les
réponses apportées par l’Etat sont lacunaires et les solutions proposées par
les structures associatives palliatives. Nous devons collectivement viser une
transformation structurelle progressive afin de permettre une réelle
amélioration des conditions de vie et d’étude de chacun.e.
Les solutions à apporter sont variables selon les filières d’études. Si
aujourd’hui une grande majorité de la population connaît les bourses sur
critères sociaux versées par le réseau des oeuvres, la situation est tout autre
pour les bourses des formations sanitaires et sociales. Ce système d’aide
sociale touche plus de 10 000 étudiant.e.s chaque année en Nouvelle-
Aquitaine mais qui souffrent des mêmes problématiques de précarité. Ce
système présente même de nombreux dysfonctionnements qui ancrent
davantage les bénéficiaires de celui-ci dans la difficulté. Il nous appartient de
mettre en lumière ce fonctionnement et ses problématiques afin d’y trouver
les réponses adaptées.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.